Communiqués

Un pas dans la bonne direction pour le financement pour les organismes d'hébergement communautaires jeunesse.

 

Réaction à la conférence du ministre Lionel Carmant

Un pas dans la bonne direction pour le financement pour les organismes d'hébergement communautaires jeunesse

Montréal, le 13 juin 2022 — Aujourd’hui, nous saluons le projet du gouvernement provincial de financer les organismes communautaires d’hébergement jeunesse. Cependant, un manque reste toujours à gagner. La province compte 47 organismes qui offrent des services d’hébergement pour les jeunes en difficulté. Si cette enveloppe budgétaire est répartie de façon égale entre ces organismes, cela leur laissera une somme de moins de 100 000 $ par organisme. Considérant que les besoins d’une ressource d’hébergement pouvant offrir neuf lits sont de plus d’un million de dollars, nous constatons que cette hausse est insuffisante.

Le Regroupement des Auberges du cœur du Québec compte 31 auberges dont le sous-financement atteint à ce jour 25 M$. Si celles-ci reçoivent 3 M$, cela les laissera encore et toujours avec un déficit de 22 M$ à combler comparativement à leurs besoins réels. De plus, la répartition selon l’indice de pauvreté des jeunes de 12 à 17 ans dans les différentes régions ne reflète pas l’état financier des jeunes, mais plutôt celui de leurs parents. La répartition par région telle que proposée crée des inégalités financières entre les différents organismes d’hébergement jeunesse puisqu’elle ne prend pas en compte les besoins effectifs des organismes communautaires. D’ailleurs, plusieurs Auberges du cœur ont reçu la confirmation qu’elles n’auraient pas droit au rehaussement du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) et d’autres oui.

« C’est inacceptable qu’une ressource en hébergement de huit lits, comme L’Antichambre 12 - 17, reçoive seulement 206 000 $. L’écart entre les besoins et le financement octroyé aux organismes est indécent. Cet investissement doit être vu comme un point de départ », affirme Paule Dalphond, directrice générale du Regroupement des Auberges du cœur du Québec

Si les 16 organismes offrant des services d’hébergement pour jeunes en difficulté qui ne font pas partie du Regroupement éprouvent un sous-financement équivalent à ceux du Regroupement des Auberges du cœur du Québec, c’est alors38 M$ dont les organismes communautaires en hébergements jeunesse auraient besoin. En considérant l'investissement actuel de 5 M$, il resterait alors un écart de 33 M$ à combler pour que le financement de ces organismes soit équivalent à leurs besoins.

Parce que nous savons que :

-        Plus du tiers des jeunes placés à la Direction de la protection de la jeunesse connaissent un épisode d’itinérance dès la première année de leur sortie et près de 70 % vivent l’instabilité résidentielle.

-        36,6 % de ceux ayant connu l’itinérance rapportent avoir subi cette situation pendant plus d’un mois.

-        21,4 % des jeunes qui avaient connu l’itinérance rapportent avoir vécu une période d'emprisonnement à la suite de leur sortie de placement. (Martin Goyette, EDJEP)

-        Un jeune institutionnalisé, emprisonné ou hospitalisé coûte plus cher à la société qu’un jeune usager d’un organisme d’hébergement pour jeunes en difficulté.

Pour ces raisons, au Regroupement des Auberges du cœur du Québec, nous soutenons que le financement des organismes qui offrent de l’hébergement pour les jeunes en difficulté se doit d’être considéré comme un investissement. De plus, en 2019 – 2020, 78 % des jeunes ayant fait un séjour dans une Auberge du cœur ont vécu une diminution de leurs comportements nocifs (consommation, dépendance et endettement) et 67 % disent avoir vu une amélioration de leur état de santé mentale. Parce qu’il est souvent leur dernier rempart avant la rue, mais aussi parce qu’il réussit à réaffilier et redonner espoir à ces jeunes, le milieu communautaire doit être financé à sa juste mesure.

Le Regroupement des Auberges du cœur du Québec

Le Regroupement des Auberges du cœur du Québec est le trait d’union d’une trentaine de maisons d’hébergement communautaires pour jeunes vivant des difficultés et/ou sans-abri. Les Auberges du cœur hébergent et soutiennent chaque année plus de 3 500 jeunes âgés de 12 à 35 ans et doivent en refuser autant, généralement faute de places. Ces chiffres ne reflètent qu’une partie des besoins des jeunes pour le type d’hébergement et de soutien que nous offrons considérant les territoires où de telles ressources sont inexistantes. Au total, l’ensemble des Auberges du cœur offre plus de 350 places en maison d’hébergement et, plus de 150 autres places en appartements supervisés ou logements sociaux.

Visitez : https://www.aubergesducoeur.org/

 

 

 

-30-

Renseignements :

 

Paule Dalphond

Tél. : 514 523-8559, poste 202

Cell. : 450-750-2929

Courriel : paule.dalphond@aubergesducoeur.org

 

 

Télécharger en version PDF