Les Auberges du cœur hébergent des jeunes en difficulté ou sans abri âgés de 12 à 30 ans. Ouvertes 7 jours par semaine, 24 heures par jour, elles offrent le gîte et le couvert, un milieu stable et une écoute active, un soutien et un accompagnement.

                                                                                                  
            

Trouver une Auberge             Disponible en librairie            Campagne  
Consulter la carte                       Pour commander      «Pour que tous les jeunes         
 Consulter la liste                                                                s'en sortent»

Lettre ouverte au ministre Blais

LETTRE D’OPINION
11 février 2016

PROJET DE LOI 70

UNE MAUVAISE SOLUTION À UN FAUX PROBLÈME : IL FAUT CONVAINCRE LE MINISTRE BLAIS

Par Tristan Ouimet Savard

Coordonnateur Défense des droits, Regroupement des Auberges du cœur du Québec

Le Ministre Blais a déploré hier en Commission parlementaire que les jeunes, principaux visés par le projet de loi 70 et le programme Objectif emploi, ne vont pas en grand nombre dans les organismes d’employabilité et de développement de la main d’œuvre. Son prédécesseur, le ministre Sam Hamad, soutenait pour sa part que des « enfants de l’aide sociale » ont comme ambition à 18 ans d’aller chercher un chèque d’aide sociale. Ces déclarations nous semblent bien éloignées de la réalité des jeunes. Pourquoi les ministres cherchent-ils à rependre des idées fausses ?

Jeunes en fugue et exploitation sexuelle : Il faut un plan global qui inclut les organismes du milieu

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Jeunes en fugue et exploitation sexuelle :

Il faut un plan global qui inclut

les organismes du milieu

Montréal, le 11 février 2016 – Alors que la ministre Charlebois vient d’annoncer la nomination d’un Vérificateur au Centre jeunesse de Laval, les Auberges du cœur souhaitent rappeler au gouvernement qu’un plan d’ensemble doit être envisagé pour régler le problème de l’exploitation sexuelle des jeunes. Ce plan global doit se faire, bien sûr, au niveau des Centres jeunesse et de la police, mais il ne doit pas oublier le  rôle essentiel des organisations de la société civile qui soutiennent les jeunes et qui sont confrontées au quotidien aux mêmes situations. Au–delà de la gestion des situations de crise, ce sont un ensemble de mesures de prévention qui doivent être mises en place.   Le besoin d’une vision large des besoins des jeunes s’impose pour régler une situation qui perdure depuis des années et qui existe partout au Québec. À titre d’exemple, il faut s’intéresser non seulement aux jeunes femmes, mais aussi aux jeunes hommes qui s’engagent dans la voie de la délinquance.

Mémoire - «Investir dans la lutte à la pauvreté et assurer l’égalité des chances pour tous les jeunes»

INVESTIR DANS LA LUTTE À LA PAUVRETÉ ET ASSURER L’ÉGALITÉ DES CHANCES POUR TOUS LES JEUNES 

En vertu de l’expertise que les Auberges du coeur ont développé depuis plus de 30 ans au contact quotidien et continu de milliers de jeunes en difficulté, sans abri ou à risque de l’être partout au Québec, nous considérons que nous pouvons apporter une contribution féconde aux consultations publiques pour le Troisième plan d’action gouvernemental de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Mémoire du RACQ pour un 3e Plan de lutte à la pauvreté et l'exclusion sociale
Date de publication: 
Février 2016
Page couverture: 
Page couverture

Jeunes en fugue et familles en crise : les Auberges du coeur comme lieux de prévention

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Jeunes en fugue et familles en crise :

Les Auberges du cœur comme lieux de prévention

Montréal, le 4 février 2016 – Dans la foulée des événements entourant les fugues de jeunes adolescentes qui sont recrutées dans des réseaux de prostitution, les Auberges du cœur souhaitent rappeler que des ressources alternatives et complémentaires existent. Que ce soit pour soutenir les parents ou venir en aide aux jeunes, il existe dans plusieurs régions du Québec, des Auberges du cœur accessibles, notamment pour les jeunes mineurs, afin de désamorcer les crises avant ou après une intervention de la DPJ ou des Centres jeunesse.

S’en sortir… à son rythme et de façon volontaire : la coercition n’est pas une solution. Mémoire et manif

Le 27 janvier 2016, le Regroupement des Auberges du coeur du Québec a présenté son mémoire "S’en sortir… à son rythme et de façon volontaire :
la coercition n’est pas une solution
" devant la Commission du travail et de l'économie pour dénoncer le projet de loi 70. En voici un extrait :

S’en sortir… à son rythme et de façon volontaire : la coercition n’est pas une solution

Le 27 janvier 2016, le Regroupement des Auberges du coeur du Québec a présenté son mémoire "S’en sortir… à son rythme et de façon volontaire :
la coercition n’est pas une solution
" devant la Commission du travail et de l'économie pour dénoncer le projet de loi 70.

La présentation du mémoire a notamment attiré l'attention de la journaliste du Devoir :

Mémoire dans le cadre des consultations concernant le projet de loi 70 Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi
Date de publication: 
Janvier 2016
Page couverture: 
Page couverture

Manifestation de la Coalition Objectif Dignité contre le projet de loi 70 à l'aide sociale

Date: 
27/01/2016 - 11:30 - 13:30

Le 27 janvier prochain débuteront les audiences publiques sur le projet de loi no.70 (PL70) modifiant l'aide sociale. La Coalition Objectif Dignité y sera! Manifestation nationale à Québec (lieu de départ à venir) suivie d'un rassemblement devant l'Assemblée nationale. Consultez et partagez  l'évènement facebook !

Le PL70 veut imposer, aux personnes sans contrainte sévère à l’emploi qui font une première demande d’aide sociale, des mesures d’employabilité obligatoires assorties de pénalités financières. Le gouvernement doit plutôt miser sur des mesures volontaires, adaptées et accessibles pour permettre aux personnes d'accéder à un emploi, tout en valorisant les programmes de participation citoyenne.

Écho de la voix des jeunes

La Coalition Interjeunes diffuse aujourd'hui un compte-rendu à l’image des jeunes qui fréquentent les 320 organismes communautaires autonomes jeunesse (OCAJ) : riche de diversité, d’idées et de volonté pour transformer la société et en faire un monde meilleur pour tous les jeunes du Québec.

Joyeuses fêtes à tous les coeurs vibrants!

Les Auberges du coeur vous ont concocté cette petite vidéo de souhaits remplie d'amour et de bonne humeur! Malgré l'adversité et le froid, on peut créer un beau mouvement ensemble pour que tous les jeunes s'en sortent.
See video

Correspondance avec le Premier ministre Couillard : 4e lettre

LETTRE D’OPINION
8 décembre 2015
 

M. le Premier ministre Couillard

La carotte ou le bâton ?

Non, l’accompagnement et la confiance

Par Rémi Fraser, coordonnateur, Regroupement des Auberges du cœur du Québec, et  Johanne Cooper, présidente du Regroupement des Auberges du cœur du Québec et directrice de la Maison Tangente qui accueille des jeunes âgés entre 18 et 25 ans

Monsieur le Premier ministre,

Très bientôt, vous dévoilerez la nouvelle politique québécoise de la jeunesse. Déjà, votre gouvernement a annoncé des mesures pour les premiers demandeurs à l’aide sociale qui sont à 60 % des jeunes.

Depuis plus de trente ans, nous voyons des programmes pour l’emploi défiler qui, à chaque fois, passent à côté de la situation de ces jeunes qui ont des trajectoires de vie difficiles ou même souffrantes. À certains moments, on y a retrouvé plus de «carotte » et à d’autres, plus de « bâton ». Vous avez choisi le bâton. Pour ces jeunes, le résultat demeurera inchangé sauf un surplus de souffrance. Il est étrange ce Québec qui s’afflige devant les enfants maltraités, abusés ou laissés à eux-mêmes et qui, lorsqu’il les retrouve 10 ou 15 ans plus tard tout « maganés » par une vie qui a poussé tout croche, les rejette parce qu’ils n’ont pas été capables de prendre leur place dans la normalité. Le « bâton » que vous avez ajouté à vos dernières mesures pour l’emploi ne fera que s’ajouter à ce rejet qu’ils vivent au quotidien.

Syndiquer le contenu