Les Auberges du cœur hébergent des jeunes en difficulté ou sans abri âgés de 12 à 30 ans. Ouvertes 7 jours par semaine, 24 heures par jour, elles offrent le gîte et le couvert, un milieu stable et une écoute active, un soutien et un accompagnement.

                                                                                                  
            

Trouver une Auberge             Disponible en librairie            Campagne  
Consulter la carte                       Pour commander      «Pour que tous les jeunes         
 Consulter la liste                                                                s'en sortent»

Lettre ouverte : À quand des investissements majeurs pour les groupes communautaires?

Lettre d’opinion -28 mars 2018

Réaction au budget provincial 2018

À quand les réinvestissements majeurs pour les groupes communautaires?

Par Johanne Cooper, présidente, Regroupement des Auberges du cœur du Québec

À tous nos élus provinciaux

Le dernier budget provincial était la dernière chance pour le gouvernement de répondre aux besoins criants des groupes communautaires. Malgré les investissements annoncés de 22,5 millions $ cette année pour l’action communautaire, les 4000 organismes d’action communautaire autonome continueront de souffrir d’un grave sous-financement.  Ces dernières années, le gouvernement est en réaction à différentes situations de crise (ex. fugues, exploitation sexuelle, épuisement dans les services de santé et services sociaux, etc.), nous appelons à une vision à long terme qui reconnaitrait et financerait adéquatement le soutien constant et continu qu’offrent les organismes communautaires aux populations les plus vulnérables. Pour éviter les crises, les organismes communautaires font partie de la solution.

Lettre ouverte - Dénombrement national des sans-abri : un exercice périlleux

8 mars 2018

Pour diffusion immédiate

Lettre d’opinion

L’exercice de dénombrement annoncé par le Ministère de la santé et des services sociaux le 24 avril prochain dans 11 régions nous semble davantage un exercice de relations publiques que d’une aide réelle pour décrire la réalité de l’itinérance au Québec. Le chiffre obtenu à la fin de l’exercice est peu utile et réduit le portrait d’une réalité complexe qui existe à l’année à un instantané d’une nuit. Que nous apporte réellement ce chiffre en matière de réduction et surtout de prévention de l’itinérance ?

Communiqué - On oublie les jeunes et une partie du Québec

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

 

Investissement en itinérance :

On oublie les jeunes et une partie du Québec

Montréal – le 6 mars 2018 – L’annonce de nouveaux fonds pour aider les personnes à sortir de la spirale de l’itinérance est toujours une bonne nouvelle.  Toutefois, l’annonce faite aujourd’hui par la ministre Lucie Charlebois, ministre déléguée aux services sociaux est décevante en ce qu’elle concentre les investissements dans un seul modèle, celui de la «Stabilité résidentielle avec accompagnement» (SRA) et ne couvre pas toutes les régions du Québec.  Ce programme peut être utile pour certaines personnes qui se qualifient comme itinérantes chroniques, mais répond moins bien à d’autres réalités, comme celles des jeunes.

Panel L'intervention à l'ère du numérique

L’intervention à l’ère du numérique

Jeudi 22 février 2018

13 h à 15 h 45

Animé par Pasquale Harisson

OFFRE D'EMPLOI : Chargé-e de projet pour le Mouvement Jeunes et santé mentale

Le Mouvement Jeunes et santé mentale a est à la recherche d' un-une chargé-e de projet pour une durée de 26 semaines.

Offre d'emploi - Responsable d'événement

 

 

Offre d’emploi : Responsable d’événement (contrat)

Bulletin Le vent tourne - décembre 2017

Que ce soit sur le plaisir, une sortie au théâtre, un atelier sur le consentement, une nouvelle cuisine aux Appartenances (les appartements du Tournant), découvrez la vie de l'Auberge du coeur Le Tournant (Montréal) dans son dernier bulletin Le vent tourne  qui porte sur le thème "Ce qui nous rassemble".  L'équipe et les jeunes parlent des bons coups, des réflexions et des défis que la vie nous apporte. Voici trois extraits :

"Le plaisir... Tout le monde connaît et est en mesure d’en avoir... Mais non! J'ai été surprise d’entendre ce que les résidants du Tournant avaient à dire sur le sujet lors d’un atelier animé par un ancien collègue, Marc-Olivier Lacroix en octobre dernier. Certaines phrases m’ont peiné... comme quoi ils ne sont pas dans une situation où ils peuvent s’accorder du plaisir, que présentement, ils sont dans une situation plutôt de survie, précaire,(...)" (Mireille, intervenante)

Objectif Emploi : le réglement est adopté sans tenir compte de nos recommandations

Communiqué de presse
POUR DIFFUSION IMM
ÉDIATE

Publication du règlement mettant en oeuvre le programme Objectif emploi

Le ministre Blais reste sourd à toutes les mises en garde

Québec, le 15 novembre 2017. – Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, fait fi de toutes les mises en garde et va de l’avant avec la mise en place du programme Objectif emploi.  En effet, le Règlement modifiant le Règlement sur l’aide aux personnes et aux familles vient d’être édicté, et la Coalition Objectif Dignité est outrée de constater que le ministre n’a tenu compte d’absolument aucun des avis qu’il a reçus pendant la consultation estivale sur le projet de règlement.

« À quelques jours du dévoilement du prochain plan de lutte à la pauvreté, la publication du règlement mettant en œuvre le programme Objectif emploi envoie un drôle de signal, déplore Virginie Larivière du Collectif pour un Québec sans pauvreté. Le programme Objectif emploi, avec son approche obligatoire et punitive, nous apparaît complètement incompatible avec un plan de lutte à la pauvreté que le gouvernement nous promet "ambitieux". Quels nouveaux reculs nous prépare-t-il sous le couvert de "l’incitation au travail"? »

Communiqué de la Coalition Interjeunes : Formation préparatoire au travail inadaptée aux besoins des jeunes

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Formation préparatoire au travail : Des regroupements d'organismes jeunesse réclament d'autres options pour les élèves en difficulté

MONTRÉAL, le 14 nov. 2017 /CNW Telbec/ - Cinq regroupements nationaux représentant plus de 300 organisations jeunesse joignent leur voix à celle du député de Chambly Jean-François Roberge pour dénoncer le caractère quasi obligatoire de la formation préparatoire au travail (FPT) pour tout jeune de 15 ans n'ayant pas les acquis pour faire son entrée au secondaire. Ils déplorent également le contenu du programme qui, selon des jeunes consultés, ne répond pas aux attentes.

Selon le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, le programme FPT n'est pas obligatoire et peut être proposé par les commissions scolaires aux jeunes qui n'ont pas atteint les objectifs du primaire en mathématique ni en français. Or, la réalité observée sur le terrain par les organismes membres de la Coalition Interjeunes est tout autre : les jeunes qui manifestent le désir de réintégrer un parcours scolarisant ne se font pas offrir d'autres options. On leur répond la plupart du temps qu'ils en sont trop éloignés et on leur présente ce cheminement vers une professionnalisation comme le seul possible.

Syndiquer le contenu